Forum

C.R. Commission technique consacrée à l’ARLEQUIN lors du Championnat de Montluçon.  

  RSS

sottobanca
(@sottobanca)
Trusted Member Admin
Inscription: Il y a 3 années 
Posts: 71
21/05/2017 4:33  

Ce texte est un peu en fouillis puisqu'il renferme en fait le compte rendu de gérard B.../qq-formules de Jean Marc H.... l'avis de Bernard f....

Et un p'tit "grain de sel" en forme de commentaires de bibi.

C.R. Commission technique consacrée à l’ARLEQUIN

Cette commission technique s’est déroulée dans le cadre de notre classement à Montluçon et a été pour la première fois ouverte à tous.

De nombreux sottophiles se sont montrés intéressés puisqu’ils sont venus et certains n’ayant jamais élevé d’arlequins
Nous avions la chance d’avoir ce jour deux « maîtres à penser » en matière de génétique et plus particulièrement en génétique de l’Arlequin : J.M. HILT et un « revenant » dans notre club : J.CLAVIER, qui s’était fait une spécialité dans l’élevage de cette variété. Dommage que B.FOREST ait eu un contrordre de dernière minute, tant il attendait cette réunion avec impatience.
Outre ceux-ci, 2 juges sottos nous faisaient l’honneur de leur présence tant pour confronter leur point de vue sur cette couleur que pour compléter leurs connaissances.
Enfin avant d’en venir au contenu, nous avons noté une salle attentive et heureuse d’apprendre de la science inconnue.
Nous regrettons toutefois chez quelques éleveurs la confusion entre la théorie génétique et le phénotype de leurs propres pigeons, cela a nui à l’avancée plus poussée des apports scientifiques.

L’ARLEQUIN, c’est Quoi ?
Ce pigeon au gène ST est caractérisé par des mouchetures contrastées d’ une ou de plusieurs couleurs réparties harmonieusement sur tout le corps caractérisé par une couleur de fond bien définie. Les plumes sont au minimum bicolores voire tricolores ; l’arlequin ne devrait théoriquement porter aucune plume unicolore , mais une certaine tolérance est admise.

Notamment au niveau des petites plumes-(cou / plastron / manteau.)- mais pas au niveau des grandes plumes des ailes ou de la queue –(principalement sur les 4 rémiges primaires qui sont celles que l’on voit le plus)-

Théoriquement on ne devrait accoupler qu’ avec la couleur de base associée pour avoir le maximum de chances d’obtenir un arlequin de fond bien défini et ne pas mélanger les diverses variétés (défaut couramment remarqué actuellement dans cette variété). Dans ce coloris…

1 – L’ARLEQUIN de REFERENCE, soit celui portant les couleurs et marques telles qu’exprimées sur le culbutant anglais courte face
C’ est le fameux ALMOND en anglo-saxon ou je dirais même Arlequin Bronze ou sauri intense , défini par un fond jaune amande parsemé de mouchetures contrastées sur tout le corps (tâches admises) , principalement noires et bronzes avec en plus des mouchetures blanches dans les ailes et la queue ( témoin du gène G ou GT ) .

Formule génétique : ST. KK. (+). CT. E.G.
e
Pour l’éleveur non habitué aux termes génétiques, cela nous donne donc dans l’ordre donné par jean marc = arlequin/kite ou milan/bleu/dessin martelé/rouge récessif/gris…
Ces gènes peuvent être effectivement présents mais ce n’est pas toujours le cas, notamment en ce qui concerne le dessin martelé et le gris…Le rouge récessif est souvent présent, mais ce n’est pas une obligation…

MON AVIS

Pour ceux qui m’ont enseigné le travail génétique des arlequins-(notamment Roger Guillemot et qq-autres éleveurs de magnani bien connu à l’époque où je travaillais mes pigeons)- et donc pour moi évidemment ; Le magnani Almond-(bronze magnani)- est un corro. C’est dans cette appellation qu’il figure dans la liste officielle des 25 variétés de magnani que j’ai publié dans sottobanca

Il existe donc tout un intermédiaire d’ Arlequins ST.K ; ST.CT etc ..et on est bien content déjà d’ obtenir des sujets sauri ( ST.K) ou ( ST.BA.K ) qui ressemblent à ceux de notre ami J.Clavier .

2 – Les SAURI : Arlequin base Rouge Cendré et /ou Bronze .
Ils sont Barrés si on les travaille avec une couleur de base barrée ; non barrés si on les travaille avec une variété de base non barrée …
Ainsi on peut avoir des sauri barrés ou non barrés ( dans contexte du meunier )
Formule génétique : ST.BA pour arlequin rouge cendré.

A noter que beaucoup d’ arlequins sauri possèdent le gène Bronze ( une seule dose de K ) , ce qui leur confère un fond rosé peu intense mais parsemé de mouchetures bronzes ( au moins quelques unes ) ; le gène ( KK ) à double dose donne un fond beaucoup plus intense idem à la robe des chevaux et bien sûr avec plus de mouchetures bronzes .

MON AVIS
L’exemple le plus connu pour cela est le néro qui porte obligatoirement le gène de la couleur étendu -(Spread)- puisque porteur obligé de noir… Il se présente avec un fond « blanc glacé » et non gris, et des mouchetures noires.
Un fond gris devrait être « déclassé » pour son coloris qui je le rappelle n’a jamais été accepté en Italie.
Il existe par ailleurs des arlequins à fond gris que seuls les connaisseurs peuvent reconnaître.
Ce sont principalement les Cénério et plus rares les Di-penna furba-

Le néro est l'exemple même de l’appellation portée par les mouchetures et non par le coloris du fond.

P.S. L’adjonction du gène Spread « S » parasite ces arlequins en effaçant ou estompant les barres , c’ est la raison pour laquelle les arlequins Bronzes n’ont pas de barres, idem pour les néri .

3 – Les DI BIGGIO : base bleue , barrée ou non
Le principe est le même , Arlequins barrés si on les travaille avec la couleur barrée ; non barrés s’ils sont croisés avec des non barrés .
Comme pour les sauris et toutes les variétés arlequines , bien souvent d’ autres gènes viennent s’ ajouter et donc modifier cette variété ; en l’ occurrence cela se voit au niveau du manteau ou des grandes rémiges ou au niveau du cou ( qui n’ a pas observé un Di Biggio avec un cou rosé ) …ce qui explique aussi le fait qu’en croisant avec n’ importe quelle couleur ,on sort des arlequins bien sûr mais avec des couleurs de fond qui sont difficiles à étiqueter .
4 – Tous les ARLEQUINS porteurs d’une couleur de fond quelle qu’elle soit et de mouchetures d’une ou plusieurs couleurs sont admis par le standard du club…….
Le cas typique est le « NERO », base noir permettant de masquer d’autres couleurs. Il se présente avec un fond « blanc glacé » et non gris, et des mouchetures noires.
CONCLUSION
Ce que j’ai cru comprendre d’important, c’est qu’actuellement le Sotto Arlequin ne respecte pas les accouplements entre couleurs et s’il y a trop de mélanges dans les couleurs, on ne reconnaît plus les couleurs de base. On trouve aussi chez certains sujets des plumes unicolores, ce qui est normalement éliminatoire pour le coloris.

Et pourtant j'ai vu à Montluçon plusieurs arlequins ayant ce défaut dont celui ayant remporté le titre de "champion"....

Cette marge de progression qu’il nous reste à remonter sur les années prochaines, n’enlève pas le niveau de qualité remarquable,atteint dans cette variété : forme, tête, bec, œil et tour d’œil.

HISTOIRE de l’ARLEQUIN au sein du Club par B. FOREST .

A - Les 1ers Arlequins aux nationaux SCF :
E.GARDIN 1979 Montluçon 1 titre Vice Champion
P.CLAUDE 1980 Valence d’Agen 1titre Vice Champion
E.GARDIN 1981 St-Amand Monrond 1 titre Vice Champion

- 1er champion d’élevage 1985 à Bordeaux : J.CLAVIER et champion arlequin avec un mâle Di bigio. Il est visible dans l'album "volière d'ensemble"; je le signalerais à l'occasion....

Montluçon 1979 a été mon 1er contact au club, invité par mon collègue Y.MILLET. Il s’agissait d’une prise de contact. Ma 1ère participation aux Sottos à un national a été St-Amand en 1981.

B – Quelle expérience personnelle dans cette variété ?
De 1982 à 1986, j’ai bricolé à partir de mon élevage en combinant à partir de blancs, papillotés, tigrés, bleu écaillé….

Jusqu’à l’introduction du gène ST par 2 pigeons de J.CLAVIER (Véhiculés par Y.MILLET jusqu’à l’élevage à YZEURE)
Il s’agissait d’un mâle base bleu, d’une femelle base noir. C’est les deux seuls sujets extérieurs porteurs du gène ST rentrés dans l’élevage. 1 mâle base noir fourni par P.CLAUDE issu de son sujet italien, n’a pas survécu aux virus de mes volières.

De mémoire, il me semble que le mâle était un sauri et non un di-bigio...SAURI d'un très bon coloris et très moucheté.

C – Ce qui me permet d’attirer l’attention sur :
La multiplication des expérimentations conduites à partir de cette période pour nous développer au delà des variétés existantes pour nos pères et grand-pères.
.............................................................................................................................................................................................................................................
MON AVIS:
Pour ceux qui m’ont enseigné le travail génétique des arlequins-(notamment Roger Guillemot et qq-autres éleveurs de magnani bien connu à l’époque où je travaillais mes pigeons)- et donc pour moi évidemment ; Le magnani Almond-(bronze magnani)- est un corro. C’est dans cette appellation qu’il figure dans la liste officielle des 25 variétés de magnani que j’ai publié dans sottobanca

L’exemple le plus connu pour cela est le néro qui porte obligatoirement le gène de la couleur étendu -(Spread)- puisque porteur obligé de noir… Il se présente avec un fond « blanc glacé » et non gris, et des mouchetures noires.
Un fond gris devrait être « déclassé » pour son coloris qui je le rappelle n’a jamais été accepté en Italie.
Il existe par ailleurs des arlequins à fond gris que seuls les connaisseurs peuvent reconnaître.
Ce sont principalement les Cénério et plus rares les Di-penna furba-

Et pourtant j'ai vu à Montluçon plusieurs arlequins ayant ce défaut dont celui ayant remporté le titre de "champion"....

De mémoire, il me semble que le mâle était un sauri et non un di-bigio...SAURI d'un très bon coloris et très moucheté.

sottobanca

Jean Clavier


RépondreQuote
Share:
  
En travaux

Veuillez Connexion ou Inscription