lettre à deneve.sottobanca

Bonjour deneve, Tout d’abord veuillez m’excuser d’avoir mis si longtemps à vous répondre-(à cet endroit)-mais comme je vous le
disais par ailleurs, je suis un peu débordé ces derniers mois. Pour commencer vous avez évidemment bien fait d’arrêter
rapidement votre élevage. La maladie sera moins implantée chez votre fils. Il a très bien pu être sensible à une variété d’oiseaux
et pas par les autres, mais vous ne le saurez pas car une fois atteint on réagit presque à chaque test. Par exemple j’étais positif
aux perruches alors que je n’en ai jamais eu ?. Et cela aussi fortement qu’au test du pigeon, même nombre d’arcs. A ce sujet une
précision s’impose; vous pouvez très bien être positif à la sérologie aviaire sans être atteind par la maladie. Cela témoigne
essentiellement que vous avez été ou êtes en contact avec l’allergène en cause. Seul les symtômes présentés orienterons à coup
sur le diagnostic des médecins.
C’est à la suite d’une visite médicale du travail que la radio des poumons montrait un syndrôme interstitiel que le radiologue
pensait du au tabac. Comme je n’ai jamais fumé de ma vie,il m’a alors questionné sur mon travail/mes loisirs/etc/et c’est ainsi que
nous sommes arrivé aux pigeons. J’ai été suivi à l’intercommunal de Créteil qui a un service spécialisé. Ils ont diagnostiqué une
Pneumopathie d’hypersensibilité à la suite de plusieurs examens et analyses diverses.Suite au lavage des poumons, les
prélévements comportaient des débris de plumes, de la fiente, du sable, des oeufs de coccidiose et q-q-autres choses du même
genre, il faut bien reconnaître que c’est assez impressionnant et aide sans aucun doute à prendre la bonne décision…
De suite les choses ont été claires ;pas de traitements tant qu’il me reste 1 pigeon. J’ai donc vidé les volières, tout nettoyé et lavé
les locaux. Pas de pb- avec les matériels divers, tout est parti avec les pigeons…Le médecin m’a alors prescrit de la cortisone
pendant plusieurs mois-( je ne me souviens plus exactement de la durée) à la dose de ¾ de mg/kg- 60 mg de solupred-jour. Avec
ensuite un arrêt progressif étalé sur 6 semaines. Après ce traitement j’ai ressenti une légère amélioration et surtout l’arrêt des
« crépitements » à l’auscultation au bas des poumons. Q-q- traitements supplémentaires ont suivi de temps en temps lors de
rechutes, il faut dire que je suis toujours essoufflé même encore aujourd’hui . Mais comme je suis également suivi pour avoir
travaillé avec de l’amiante, on ne saura sans doute jamais si cela ajoute un pb- à un autre…(pour l’instant les examens amiante
sont « à la limite de la normale ») je vais donc pas me plaindre, pourvu que ça dure le plus longtemps possible… Pour répondre à
votre question sur la durée, je dirais que les 1er symptômes sont apparu après une dizaine d’années environ, est ce que j’aurais
du arrêter de suite ???on ne le saura pas. C’est en toute connaissance de cause que j’ai continué mon élevage, je savais à quoi
m’en tenir. Plusieurs amis avaient déjà été touché et « un comble »j’avais rédigé un article et fait une cassette vidéo ou
j’expliquais qu’il fallait faire attention et porter un masque pour nettoyer. Il est tout à fait possible que j’aurais sans doute tenu
encore q-q-années ainsi si la médecine du travail n’avait pas mit le holà… Pour résumer ; insuffisance respiratoire assez
marquée, pas d’oxy. Pas de fibrose visible, état stationnaire depuis 1992.avec contrôles réguliers tous les 2 ans. En espérant
que votre fils va aller de mieux en mieux, tenez moi au courant. Merci. Jean.
http://sottobanca.free.fr/inc/fckeditor/editor/fckedit…
1 sur 1
06/09/2009 15:51